Les mathématiques comparent des phénomènes
les plus diversifiés et découvrent les analogies
secrètes qui les unissent.
    J.B.J. Fourier

Accueil du site > L’actualité > Divers >

Pourquoi associe-t-on les termes "elliptique", "parabolique", "hyperbolique" aux EDP ?


L’EDP [1]  A \frac{\partial^2 u}{\partial t^2}
+ B \frac{\partial^2 u}{\partial t \partial x}
+ C \frac{\partial^2 u}{\partial x^2}
+ D \frac{\partial u}{\partial t}
+ E \frac{\partial u}{\partial x}
+ F u = 0
peut être transformée en équation polynomiale en cherchant u de la forme C ~ \exp^{Y t + X x}. Ce qui revient à remplacer les dérivées par des monomes de degré adéquat. Ainsi :

  • si B^2 - 4AC < 0, l’équation est dite "elliptique" comme l’équation de Laplace : \frac{\partial^2 u}{\partial t^2} + \frac{\partial^2 u}{\partial x^2} = 0.
  • Si B^2 - 4AC = 0, l’équation est dite "parabolique" comme l’équation de la chaleur : \frac{\partial u}{\partial t} = c \frac{\partial^2 u}{\partial x^2}.
  • Si B^2 - 4AC > 0, l’équation est dite "hyperbolique" comme l’équation des ondes : \frac{\partial^2 u}{\partial t^2} - \frac{\partial^2 u}{\partial x^2} = 0.

Illustrations en deux dimensions d’espace

  • - c \Delta u = f (elliptique) : équation stationnaire pouvant décrire le comportement de la chaleur au sein d’un corps, le comportement d’un fluide parfait ainsi qu’une partie du caractère élastique d’une structure ...
  • \frac{\partial u}{\partial t} = c \Delta u + f (parabolique) : équation d’évolution pouvant décrire le comportement thermique au cours du temps d’un corps ...
  • \frac{\partial^2 u}{\partial t^2} = c^2 \Delta u + f (hyperbolique) : équation d’évolution pouvant décrire le comportement vibratoire d’un corps ...

L’existence et l’unicité de la solution (associée à chacune des EDP avec leurs CL [2] adéquates) sont en particulier obtenues en utilisant la coercivité (ou mieux son ellipticité, lorsque c’est possible) de l’opérateur principal de la formulation variationnelle associée. Les solutions associées aux 3 EDP se différencient en regardant leur évolution suivant t (le temps par exemple). La première est stationnaire. Les deux autres sont non obligatoirement stationnaires. Pour f nul, la solution associée à l’EDP parabolique peut être caractérisée par la décroissance exponentielle de sa norme [3]. Par contre, la solution associée à l’EDP hyperbolique doit vérifiée que l’énergie est bien conservée (sans perte ni apport) [4]. Ainsi, on a :

  • un modèle d’équilibre stationnaire pour les équations elliptiques,
  • un modèle d’évolution dissipatif pour les équations paraboliques et
  • un modèle d’évolution conservatif pour les équations hyperboliques.

En savoir plus :


[1] Equation aux Dérivées Partielles

[2] Conditions Limites

[3] Il est facile de le vérifier pour la solution approchée

[4] Il est moins facile de le vérifier pour la solution approchée


Mis à jour le vendredi 8 juillet 2011, par : Wilk


Contact   |   Plan d'accès   |   Annuaire   |   Plan du site   |   IntraMaths   |   IntraCnam